Monday, October 16, 2006

La censure est un business...surtout quand elle ne vous concerne pas!


(texte intégralement reproduit du blog du livre "La judéomanie")

"Pour Ted Stanger, ancien directeur de Newsweek, "le sujet tabou de la présidentielle, ce sont les fonctionnaires". Sans rire. Il vient d'écrire un livre qui s'appelle "Sacrés fonctionnaires ! Un Américain face à notre bureaucratie", et il le garantit au journaliste qui lui demande quel est l'accueil que reçoit son livre : "Les médias n'osent pas en parler. Ils ont peur de froisser les fonctionnaires."Stanger oublie-t-il qu'il fait cette déclaration dans Le Parisien (du 2 octobre 2006), un des quotidiens les plus vendus en France (environ 500 000 exemplaires chaque jour) ?Le moins que l'on puisse dire, c'est que la suite a donné tort à M. Stanger.Le lundi 9 octobre dernier, M. Stanger fut l'invité du Forum du Nouvelobs.com, pour y parler de son livre sur un des sites français les plus visités.Il fut l'invité du 6-7 de France Inter le 12 octobre dernier, pour venir parler de son livre sur une des radios les plus écoutées du pays.Il fut l'invité de Sophie Larmoyer sur Europe 1 le dimanche 1er Octobre, entre 17 et 18h, de BFM le 4 octobre à 13h30, d'On est pas couché de Laurent Ruquier sur France 2 le 7 octobre à 23h30, de RTL le 13 octobre où il fut d'ailleurs l'invité d'honneur, pour parler de son livre.Par ailleurs il semble qu'il ait oublié que le Figaro lui avait offert le 16 juin dernier une tribune sur le Parti Socialiste, où il annonçait déjà la sortie prochaine de son livre sur les fonctionnaires...Notre société a un problème avec la censure. On a tant usé et abusé de ce mot, par n'importe qui et pour n'importe quoi, qu'il a perdu toute signification. Editeur publiant des livres que toutes les maisons ont refusé, je crois être en mesure de parler de la censure. Le livre dont vous êtes sur le blog, la Judéomanie, en atteste. Et pourtant, aucun média ne vient m'interviewer pour que je lui parle de liberté d'expression, de frilosité médiatique ou politique, ou de censure, et pour cause !Par définition, la censure touche ce qui dérange le pouvoir établi, qui se fait un plaisir de médiatiser une fausse censure pour mieux cacher la vraie.Croyez-en ce que vous voulez, je dis que le sujet tabou de la présidentielle, ce ne sera pas "les fonctionnaires", ni "l'immigration", ni "les émeutes en banlieue" et encore moins "l'islamisme rampant". Devinez ?"

1 Comments:

At 1:49 PM, Blogger amical said...

Monsieur Stanger est comme tous les auteurs. Il a besoin de vendre son livre. La judéomanie n'est pas censurée à proprement parler puisque le livre existe et qu'il est en vente dans les librairies. Pour exister, il n'est pas nécessaire d'être adoubé par les médias. Ces derniers viendront avec le temps se frotter aux sujets tabous avec le temps, comme toujours. Il faut que quelqu'un soit le premier à oser et il cassera le tabou. C'est comme cela que la pensée unique se fissure parfois. Car une des caractéristiques des médias c'est leur côté "mouton". Une agence de presse fait une dépêche sur un sujet, tous les médias suivent. Exactement le même sujet est envoyé sous forme de communiqué et personne n'en parlera. Les pires médias dans ce genre d'exercice sont les radios et les chaînes TV d'info (LCI, France Info, ITélé...). Donc si le livre de monsieur Stanger a fait l'objet d'une dépêche d'agence, il est assuré d'une couverture médiatique minimum. Et puis il y a le coporatisme. Monsieur Stanger est journaliste. Il a un carnet d'adresse très important chez ses confrères forcément. Et entre confrères on se rend la politesse. Ca peut toujours servir. Bref, je suis d'accord avec lui, les fonctionnaires en France c'est sans doute un sujet tabou qu'aucun homme politique n'osera aborder sur le fond et de front. Je suis aussi d'accord pour dire que le livre de Ted Stanger bénéficie d'un très bon relais médiatique. Mais cet américain à Paris est un Don Quichotte de la plume et ce n'est pas parce-que son livre fait l'objet de quelques papiers et de quelques émissions de radio, qu'il fera bouger les choses sur la censure qu'il entend dénoncer. La judéomanie vivra sa vie et ce n'est pas parce-qu'on parle d'un livre dans la presse qu'il se vend bien, sauf peut-être chez Ardisson. Le bouche à oreille est le meilleur des moyens de promotion. Encore faut-il qu'il s'amorce et qu'on lui laisse le temps d'exister !

 

Post a Comment

<< Home